AU DELA DU REEL
Il se peut que ce soit la Providence qui ait guidé vos pas en ce lieu… N’hésitez pas… ENTREZ…en toute liberté religieuse, spirituelle…

Partages d’expériences, de difficultés, de fruits cueillis sur les chemins. Ainsi nous contribuons à l’édification de chaque UN.

Soyez simplement attentif car "l’Essence-Ciel" peut se cacher derrière un brin d’humour, un soupçon de sagesse, ou un mot d’Amour, bref tout ce que vous trouverez ici.

Et pour entrer au cœur de la magie, une seule clef est nécessaire, celle qui ouvre votre Cœur.
Derniers sujets
» Formes pensées
Jeu 22 Oct - 13:02 par Jean de Mareuil

» Intuition et 3e oeil
Jeu 22 Oct - 12:57 par Jean de Mareuil

» les Adeptes
Mer 21 Oct - 17:50 par Jean de Mareuil

» Qui sont les Rose-Croix véritables ?
Mer 21 Oct - 17:35 par Jean de Mareuil

» Un nouvel évangile
Sam 25 Juil - 20:15 par Jean de Mareuil

» aide pour comprendre
Jeu 9 Avr - 17:22 par mymy9793

» la voie rosicrucienne
Ven 3 Avr - 17:22 par Micho

» Les Aides invisibles
Mer 19 Nov - 18:30 par eric bilongo

» dans nos rêves, qui retrouve -t-on?
Lun 11 Aoû - 15:08 par labichonne

» La loge blanche du Nord
Jeu 29 Mai - 13:55 par Jean de Mareuil

» changer nos pensées pour une bonne santé
Sam 24 Mai - 17:08 par Jean de Mareuil

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mar - 18:53
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Le 16e degré - le Serpent -

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

prof Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Dim 5 Mar - 19:29

Rappel du premier message :


Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas


prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 17:37

Ptite Perle :

Extrait du livre de Jean-Yves Leloup
« Tout est pur pour celui qui est pur »
chez Albin Michel


(pages86/91)
dans l’étreinte sacré selon Philippe


….
Cependant, à l'origine du christianisme, au sein des communautés juives dont il est issu se faisait entendre une autre voix :
«Le mystere qui unit deux êtres est grand, sans cette alliance le monde n'existerait pas»

L'Evangile de Philippe se fait ici l'écho de la tradition biblique mais aussi de la philosophie occidentale : « Au commencement YHWH créa l'Humain à son image, homme et femme il les créa. » Ce qui est à l'image de Dieu ce n'est ni l'homme ni la femme, c'est leur relation.

«L'union de l'homme et de la femme est en effet un enfantement et dans cet acte il y a quelque chose de divin. »

Cette référence à Platon peut surprendre : on est plus habitué aux citations qui expriment la suspicion quant aux « oeuvres de chair » ; il faut également remarquer que la lecture des versets de la Genèse a donné naissance à des interprétations divergentes.
Certains y ont vu une référence à la nature androgyne primordiale de l'humain «à la fois mâle et femelle» et c'est de cette unité qu'il aurait la nostalgie : l'amour serait la recherche éperdue de la moitié qui vous manque. Dans la mythologie et la pensée grecques la séparation de l'homme et de la femme est considérée comme une punition. Dans la mythologie et la pensée hébraïques, cette même séparation est considérée comme une bénédiction, un bienfait du Créateur (par ailleurs «Il vit qu'il n'était pas bon que l'homme soit seul »). Cette différenciation est même l'occasion de «faire connaissance» avec la Source créatrice de tout ce qui vit et respire.

Le but d'une relation n'est pas seulement de récupérer la moitié qui nous manque et d'accéder ainsi à l'individualisation ou à sa nature androgyne. La moitié qui recherche son autre moitié ne fait que s'aimer soi-même ; il n'y a pas d'accès a l'altérité, mais à une sorte de différenciation interne, jugée inopportune et douloureuse.
Dans la tradition hébraïque, comme dans l'Evangile de Philippe, l'Amour est davantage la recherche d'un « entier » vers un autre « entier », il ne naît pas du manque (il n'est pas fils de pénia) mais d'un débordement vers l'autre (fils de pléroma).
L'être humain naît mâle ou femelle, il a encore à devenir un homme et une femme, c'est-a-dire une personne, un sujet, capable de rencontrer une autre personne, un autre sujet dans un amour libéré du besoin et de la demande, dont l'étreinte consciente et confiante est un écho.
Nous pourrions ainsi symboliser les deux démarches




Certains auteurs de la tradition hébraïque font remonter cette rencontre de deux êtres différenciés sexuellement mais partageant une même âme ou un même souffle, avant la naissance elle-même, façon métaphysique d'insister sur le fait que nous avons été créés pour former un couple et que c'est dans cette réalisation que s'épiphanise la Présence (la Chekhina) de YHWH.

Dans son livre sur « le secret du fait que Bethsabée était destinée à David depuis les six jours du commencement » Rabbi Joseph écrit :

«Et sache et crois qu'au début de la création de l'homme à partir d'une goutte de semence celui-ci comprend trois associés : son père, sa mère et le Saint béni soit-il. Son père et sa mère pour confectionner la forme du corps et le Saint béni soit-il pour confectionner la forme de l'âme. Et quand un mâle est créé, nécessairement sa partenaire féminine est créée en même temps que lui, parce que l'on ne fabrique jamais d'en haut une demi-forme mais seulement une forme entiere. »

Rabbi Todros Aboulafia (1222-1298) disait également


«Sache que c'est une tradition entre nos mains selon laquelle le premier homme avait deux figures (partsoufim), comme ce que dit R.Jérémie (...) et sache bien que toutes les parties de la vraie tradition (qabala), dans leur ensemble et dans leurs détails, sont toutes bâties ce fondement, et tournent autour de ce point là, il s'agit d'un secret profond dont dépendent les montagnes (...) de l'avis des initiés à la vérité dont la tradition est vérité et dont l'enseignement (Tora) est vérité, les deux versets en question ne se contredisent pas, c'est le verset : "Masculin et féminin il les créa" (Gen 1, 27) et le verset : "A l'image de Dieu il le créa" (ibid.), sont tout un, celui qui connaît le secret de l'image, dont il est dit : "A notre image et à notre ressemblance" (ibid., 26) le comprendra (...), je ne peux l'expliquer car il n'a pas été permis de coucher la chose par écrit, même allusivement, et on ne la transmet qu'aux hommes pudiques "de bouche à bouche, de fidèle à fidèle et on n'en transmet que les têtes de chapitres et certaines généralités, car les détails se racontent eux-mêmes." Ces derniers mots sont empruntés à la formule de Haguira IIb sur les conditions qui reglent la transmission des secrets du Maassé Mercaba (l'oeuvre du Char), et ils sont d'un grand intéret pour nous, dans la mesure où ils indiquent clairement que la dualité masculin/féminin est le fondement de la conception des cabalistes relativement au Char divin. De plus, la Cabale dans son ensemble est considérée comme reposant sur le secret de cette dyade. La différence sexuelle marque donc l'âme de l'homme, 1"`image" selon laquelle il a été créé, ainsi que le monde divin qui est son modèle. »

Ainsi dans la tradition hébraïque comme dans l'Evangile de Philippe on ne se sert pas de la relation pour son propre accomplissement, c'est la relation elle-même qui est notre propre accomplissement et révélation d'un troisieme terme : l'Amour entre l'Amant et l'Aimée. Source de différenciation autant que d'union, le «Troisieme », la tradition biblique l'appellera Dieu, la tradition évangélique le Pneuma ou Esprit Saint, le Souffle qui unit deux êtres.
Ce thème de l'union des souffles sera particulièrement important dans l'Evangile de Philippe.


Le Souffle qui unit
Le baiser de Yeshoua et de Myriam


«L'Enseigneur aimait Myriam plus que tous les disciples, il l'embrassait souvent sur la bouche. »

Ce logion de l'Evangile de Philippe cité dans notre Evangile de Marie a suscité de nombreuses réactions nous rappelant que s'il est facile de se représenter Yeshoua avec un jeune homme sur son sein (ces représentations ne seront pas sans incidence sur le comportement des clergés), il est pratiquement inimaginable de le représenter dans une attitude d'intimité avec une femme, comme si le contact avec celle-ci altérait la perfection de son humanité et de sa divinité, alors qu'il s'agit du contraire. Faut-il répéter l'adage des Pères : « Tout ce qui n'est pas assumé n'est pas sauvé », tout ce qui n'est pas accepté n'est pas transformé ?

….


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:03, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof la fécondité intérieure Annick de Souzenelle

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 17:44

Ptite Perle :

LA FECONDITE INTERIEURE


Entretien avec Annick de Souzenelle,
propos recueillis par Nathalie Calmé



Qui mieux que l'auteur du Symbolisme du corps humain pouvait nous faire partager l'appel de la gestation intime ?

Est mâle ou femelle celui qui se souvient de l'autre côté de lui-même.

Annick de Souzenelle :
Nous avons tous à "Devenir"...

L'Homme d'aujourd'hui n'est pas l'Homme définitif. Pour l'instant l'Homme est très identifié à son inconscient... Mais une lente montée de conscience se fait depuis le début des temps et se fera jusqu'à la fin des temps. L'Homme est comparable à un arbre qui grandit et dont la sève monte. Le thème de la fécondité est donc essentiel. Mais on a trop longtemps confondu le fruit de cet arbre, et donc l'objet même de la fécondité, avec l'enfant qu'un couple met au monde. L'enfant est béni, mais il n'est pas le but, il n'est pas le fruit.

Dans mes ouvrages, j'ai souvent mis l'accent sur ce qui est dit de la création de l'Homme - de l'Adam - dans la Genèse: "A l'image de Dieu" et" mâle et femelle il est créé". Il est bien entendu qu'à un tout premier niveau, celui du sixième jour qui voit aussi l'apparition des animaux de Terre, Adam est comme ces derniers, "mâle et femelle", dans les catégories biologiques, et voué à la procréation.

Mais à un autre niveau qui fera l'objet du septième jour, l'Homme en tant qu'image de Dieu est appelé à faire un passage essentiel dans la réalisation de cette image, et le vocable "mâle et femelle" prend alors une tout autre signification: est "mâle" celui (ou celle) qui "se souvient" de cet autre "côté" de lui-même (et non d'une "côte"!) lourd de l'image divine; il s'agit dans ce pôle "femelle", d'un féminin intérieur à tout être humain, côté voilé de lui parce qu'encore inconscient mais riche d'un potentiel inouï.

Epouser ce féminin-là pour faire grandir "l'image" - comme grandit en effet un enfant dans un ventre maternel - pour atteindre à la "Ressemblance à Dieu", est alors la vocation réelle de l'Homme (hommes et femmes). Nous pouvons prolonger l'analogie et dire que l'état de "Ressemblance" est celui d'un enfant intérieur prêt à naître au neuvième mois d'une gestation essentielle. A ce terme, ce qui n'était que potentiel est réalisé, l'inconscient est transmuté en conscience. L'arbre a donné son fruit : l'Homme déifié.
Là est la vraie fécondité.

Malheureusement, je lis encore aujourd'hui de nombreux ouvrages de théologiens qui continuent de confondre ce féminin des profondeurs en chacun, avec la femme extérieure qu'alors on voile d'une façon ou d'une autre...

Nouvelles Clés :
L'humanité s'est donc arrêtée là, et les églises participent à ce réductionnisme !

A.D.S : Oui, les instances religieuses se sont dramatiquement arrêtées là ! En Occident, jusqu'au concile Vatican II, le mariage n'a eu pour finalité que la procréation. Un couple sans enfant était terriblement culpabilisé. Non moins culpabilisante était l'union accomplie hors de ce propos. Navrant !

N .C :
Vous venez de dire que l'homme est à devenir... à devenir Homme vraiment...
A travers la rencontre amoureuse, sorte d'état d'illumination, n'a-t-on pas, inconsciemment, l'impression qu'enfin l'être aimé va nous aider à faire fleurir en nous ce germe d'humanité que nous n'arrivons pas à faire émerger seul ? La relation de couple peut-elle être une voie d'évolution vers ce Devenir dont vous parlez ?

A.D.S : Être amoureux tient d'une magie dont la folie, en l'homme ou en la femme, résulte de cette même "montée de sève" que j'évoquais tout à l'heure. Mais, en l'occurrence, cette montée de sève est totalement investie "à l'horizontal", récupérée dans les relations humaines ; elle ne fait plus l'objet du mariage intérieur qui, lui, assure la verticalisation de l'être et le conduit jusqu'à l'expérience de la "folie en Dieu".

En l'Homme, cette sève est la puissance de l'Eros, de source et de finalité divine, mais dont une partie dessert, si j'ose dire, les étages intermédiaires: la vie génitale et l'ordre affectif s'en nourrissent, mais se voient transformés par un appel plus puissant encore, celui des épousailles divines. En profondeur, la vie de l'Homme n'est que nous ! Mais lorsque les ordres intermédiaires captent toute la sève et qu'ils s'octroient la dimension d'Absolu, qui n'est qu'en Dieu, les lendemains sont désenchanteurs, pour ne pas dire parfois très douloureux ; chacun des deux partenaires, coupé de lui-même - étranger à cet autre "côté" de lui-même - exige de l'autre un absolu et s'irrite de ce qu'il ne le lui apporte pas. Il s'agit là d'un jeu hélas inconscient. !

Mais lorsque l'Homme devient conscient, cette magie de l'amour de deux êtres peut admirablement contribuer à la transformation intérieure de chacun. Lorsqu'ils replacent cette poussée de sève dans le souffle de l'appel divin, ils ne vivent pas là des forces contraires, mais des étapes différentes d'une même force, dont l'une illumine l'autre.

Une transcendance nous habite, qui transforme tout ; je dirais que nous devons nous laisser envahir par elle. En ce sens, le mariage n'est pas une moins grande ascèse que les autres formes de vie, celle du moine ou du célibataire; toutes ont le même but. Mais le mariage en est une icône directe.
Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de replacer toutes ces valeurs dans leur vraie lumière. Il nous faut une exigence autre...

...

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 17:50


N.C : Peut-on voir à travers le symptôme du divorce, qui se développe de plus en plus, le symbole précisément,de cette autre exigence ? Par exemple, un début de prise de conscience que l'autre ne peut pas faire le travail intérieur à notre place, et que la recherche du bonheur à l'extérieur de soi n'est qu'illusion ?

A.D.S : Je ne sais si nous pouvons poser le problème de cette façon. Je crois que la multiplication des divorces est encore une réaction aux interdits d'autrefois. Nous arrivons à la fin d'un monde qui était basé sur une éthique morale. On ne divorçait pas, c'était interdit par l'Église d'Occident. Cette Loi faisait partie intégrante de l'éthique, mais celle-ci est en train de s'effondrer. On n'a pas encore reconstruit pour autant un autre paradigme. Aujourd'hui on ne veut plus obéir à une loi, mais comprendre le sens. Je crois que les divorces font partie de ces conflits auxquels on croit pouvoir donner une solution en les contournant.

N.C : Je suis peut-être trop optimiste en disant cela...

A.D.S : Oui, peut-être. Si deux êtres qui se séparent ne se remettent pas totalement en question, ils risquent de reproduire la même situation par la suite. S'ils se remettent en question, ils peuvent parfois reconstruire une relation à un autre niveau de l'amour. Ce n'est plus la folle magie du premier jour, mais c'est beaucoup plus profond.

N.C : Vu ainsi, le divorce est la preuve de notre grande irresponsabilité face à nous-mêmes... La seule aide véritable doit venir de nous...

A.D.S : Vous avez raison. Mais Je vous arrête sur le mot "aide" qui, justement, apparaît dans la Bible au 2ème chapitre de la Genèse. "Dieu dit: il n'est pas bon qu'Adafi soit seul, faisons une aide semblable à lui".

Cette traduction est mauvaise sous bien des aspects, mais surtout en ce qu'elle qualifie l'aide ; il n'est pas possible de traduire par "semblable à", il serait plus juste de parler d'une "aide capable de communiquer avec lui", ou encore "d'être son face à face". C'est alors que Dieu fait découvrir à Adam cet autre "coté" de lui-même - et non sa "côte" comme je l'ai dit tout à l'heure - cette part de lui qu'il devra épouser, son féminin intérieur.

Adam - chacun de nous - ne peut que trouver aide en lui-même, en entrant en communication avec lui-même, avec cette part sacrée de ses profondeurs.

N.C : En partant de ce constat, comment l'homme et la femme, dans la vie de couple, peuvent-ils cheminer ensemble et s'aider à réaliser ces épousailles intérieures ?

A.D.S : Ce n'est que dans la mesure où l'on communique avec soi-même que l'on peut communiquer avec l'autre à l'extérieur. Cet "autre extérieur" est toujours représentatif de "l'autre intérieur" à soi. L'accepter dans sa totale différence, c'est s'accepter soi-même. Seule cette vraie communication nourrit l'amour. Lorsqu'elle n'existe plus, l'amour meurt.

C'est ce que signifie le "ils n'ont plus de vin" - plus de réjouissances - que Marie fait discrètement remarquer à Jésus dans l'épisode des "Noces de Qanah" que rapporte l'évangéliste Jean. L'eau que Jésus transforme alors en vin pour continuer la fête, un vin d'un nectar incomparable, est symboliquement de l'inconscient transformé en conscient, un amour humain encore assez animal qui prend dimension divine.

Jésus vient alors renvoyer le Satan. Nous, de même, devons renvoyer tous nos démons,
et tout d'abord accepter de les voir, de les nommer et de travailler à leur retournement. C'est cela, la communication avec soi-même, et le commencement d'un travail intérieur. Adam, laboureur de la Terre, doit travailler avec toute sa terre intérieure. Alors vient la fécondité !

N.C : Nous vivons dans un siècle où, depuis la libération sexuelle, le corps est montré partout. Le corps est exposé, vendu, commercialisé... Par les films pornographiques, de plus en plus répandus, on peut "voir " l'amour, "apprendre " l'amour ; l'acte d'amour est devenu une "chose " sans intimité, une image, un objet de consommation ... Ne sommes-nous pas allés trop loin ? Cet étalage du "corps-chose " n 'est-il pas dangereux au point de nous faire totalement oublier l'Esprit qui vit à l'intérieur ?

A.D.S : Actuellement, nous vivons du réactionnel par rapport aux interdits d'avant, mais nous sommes aussi tombés dans une autre aliénation! Et vous avez raison, l'amour n'importe comment, avec n'importe qui, est aussi faux et aussi aliénant, si ce n'est plus, que les refoulements que dénonçait Freud. Je crois qu'il faut rendre au corps sa beauté, sa grandeur...

N.C : Le poète Novalis, amoureux de l'amour, dit : "Il n 'y a qu'un temple au monde et c'est le corps humain.."

A.D.S : Je ne serais pas aussi absolue! Le cosmos aussi est un temple - la Maison que j'habite... Tout peut être temple si j'y contemple la présence divine.
Le corps ne doit pas être idolâtré; il sera transformé en corps spirituel avec la déification de l'Homme intérieur; il inscrit dans la moindre de ses cellules toute transformation de l'être ; il est un témoin.

N.C : Alors, quelle est ta voie du milieu, celle qui chemine entre les interdits et la déification?

A.D.S : C'est le "chemin qui a un coeur" dont parle l'autre poète, Daniel Pons : "Le chemin des profondeurs où chaque chose est reliée au Verbe divin qui la fonde." Si nous ne voyons pas derrière le moindre brin d'herbe sa relation à l'archétype divin dont il procède, nous sommes dans un non-sens absolu. Avant tout, il nous faut retrouver la respiration qui unit la terre au ciel et l'Homme à Dieu.

Parce que nous ne sommes plus dans ce souffle, nous sommes dans une effroyable confusion. Coupés du monde divin, nous sommes dans la même situation que celle du déluge. "Maboul" est le déluge en hébreu. Nous sommes tellement concernés que nous en avons gardé le mot français! Il signifie l'anarchie la plus totale - l'Homes coupé des archétypes. Celui qui rentre dans l'arche, Noé - et nous sommes tous appelés à devenir des Noé, rentre dans le souffle, dans la respiration exaltante de la vie divine, et il s'accomplit.

Dans l'arche (notre arche intérieure), toute chose reprend sa vraie place, y compris le corps de l'Homme.

« Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs tu aimes encore. » Réné Char

....


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:05, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 17:53

N.C : Dans un couple, il arrive que l'homme ou la femme (c'est le plus souvent la femme), ait un peu plus de conscience de la nécessité de ces noces intérieures... Une personne peut-elle, par contagion, transformer l'autre ?

A.D.S : Là est la grande difficulté ! Je dirais même l'Épreuve! On peut marquer une distance avec les amis quand on ne parle plus le même langage qu'eux, mais que faire avec le conjoint quand il n 'y a plus cette communication possible parce qu'on ne participe plus du même niveau de conscience ? Un vrai mariage, dans le sens sacramental du terme, devrait résister à pareille épreuve. Il est alors essentiel que l'un des époux ne fasse pas pression réductrice sur l'autre, et que cet autre non seulement n'entre pas dans le piège du mépris, mais que son amour devienne patience, compréhension, acceptation... C'est le but de son travail intérieur que de le conduire vers un degré de conscience plus élevé encore, car tel est le chemin ! Alors, en effet, plus celui-là développera cette qualité, plus le chemin se fera pour l'autre, car une sorte de "transfusion sanguine" unit les deux.
Mais, si l'un des deux n'a pas "décollé" de son labyrinthe d'inconscience et s'il ne supporte pas l'avancée de l'autre, il peut parfois être agressif, culpabilisant, voire destructeur. A ce moment-là une séparation est quelquefois nécessaire. Mais le chemin que poursuit "l'éveillé" peut aussi continuer de jouer un rôle pour la transformation de son conjoint.
Il est difficile de parler de ce sujet en termes de généralité ; seule une écoute intérieure à chacun, dans le secret de sa personne, peut dicter la route à suivre. Nul ne peut juger de la décision de l'autre, dont il est seul à être éclairé et seul responsable.
Mais, quand la décision et l'attitude sont justes, ce que vous appelez "contagion" et que j'appelle véritable "transfusion" d'un sang subtil, oeuvre d'une manière admirable. Dans notre génération actuelle c'est en effet la femme qui, généralement, s'éveille plus que l'homme. Il y a de nombreuses raisons à cela, de l'ordre de la nature ainsi que de la culture - pour reprendre des catégories chères à nos temps modernes ; quelquefois, c'est le cas contraire, mais en général l'homme fuit beaucoup cette exigence intérieure ; il se cache inconsciemment derrière ses fonctions familiales, professionnelles, voire "initiatiques" et sarcerdotales... Il fuit aussi la femme qui l'oblige à sortir des schémas rassurants d'autrefois.
Aujourd'hui la femme est très seule. Mais lorsque l'homme entendra enfin le message des profondeurs, l'humanité fera un grand bond. C'est la femme qui, pour l'instant, est génératrice du nouveau paradigme qu'il faut très vite mettre en place.

N.C : "La femme est l'avenir de l'Homme" écrivait Aragon. . . Est-elle ta jardinière du Devenir ?

A.D.S : J'ai été longtemps thérapeute et je travaillais avec cette phrase qu'on trouve dans les actes des apôtres : "L'un sème, l'autre arrose, Dieu seul fait croître". Et si nous croyons que nous pouvons faire croître quelque chose ou quelqu'un, nous sommes vraiment dans l'illusion.
Donc, continuons de semer et d'arroser, d'abord en nous-même, parcourons nous-mêmes le chemin...

N.C : Parfois la femme s'exaspère facilement de ce que l'homme ne veut jamais regarder au-dedans de lui- même et fuit sans cesse au-dehors... L'attaquer de front, lui faire remarquer que ce n'est pas la bonne méthode, il fuit plus encore... Quelle attitude faut-il avoir ?

A.D.S :Il est certain qu'on se trompe en l'agressant... C'est par toute notre féminité, notre douceur et beaucoup d'amour que les choses peuvent se faire, mais que c'est difficile! Quand on se trouve devant un homme qui ne comprend rien, il est difficile de ne pas être irritée et de manifester subtilité et douceur...

N.C : Entre ma génération et la vôtre, trente années d'écart. Quels sont les vrais grands changements que vous avez observés dans la vie des femmes... Il y a bien sûr eu le féminisme...

A.D.S : D'après la forme qu'il s'est donné, le féminisme est lui aussi un phénomène réactionnel. Mais, en soi, l'éveil de la femme est dans l'ordre des choses. J'ai dit dans Le symbolisme du corps humain(1) que, d'une part, une synchronicité liait cette émergence du féminin à une prise en compte de l'inconscient redécouvert par Freud - les Pères de l'Église en avaient déjà parlé - et que, d'autre part, l'arrivée de l'Homme sur la lune est un grand tournant de notre histoire. Pour reprendre une terminologie biblique, je dirais qu"'une vapeur monte de terre", qui va commencer à arroser notre sécheresse d'intellect et de coeur! C'est pourquoi cette forme réactionnelle est en train d'évoluer vers plus de justesse. Les choses se mettent en place du fait même que la femme, par son éveil, trouve plus de justesse intérieure. Mais elle est aussi lucide et découvre les fuites, les multiples cachettes de ses partenaires; elle est souvent amenée à prendre plus qu'elle ne le voudrait la place de l'homme à cause des insuffisances de ce dernier !
Et puis, les vieux schémas ne sont pas encore évacués. J'animais l'autre jour un stage dont un participant me dit: "Mais moi, je permets à ma femme de faire ce qu'elle veut" !
Sans commentaire, n'est-ce-pas ? Il y a encore beaucoup de chemin à faire... .

N.C : Oui... Aujourd'hui, on rencontre de plus en plus de femmes qui entreprennent un authentique travail intérieur, et, parfois, l'émergence de leur être fondamental demande encore une attention consciente et permanente afin qu'il ne soit plus étouffé sous le poids de ta responsabilité que les hommes ont fait porter aux femmes depuis le pêché originel !!!

A.D.S : Nous avons été jusqu'ici tellement identifiés à notre inconscient que, incapables de la voir et de la nommer, nous avons pris cette Ishah de la Genèse pour la femme, alors qu'elle est le "côté inaccompli" d'Adam, de chacun de nous donc, dont je vous ai parlé, c'est-à-dire l'inconscient. Dans le paradis terrestre, Adam est seul, mais un Adam Ish et Ishah, c'est-à-dire époux et épouse de lui-même à lui-même. De même aujourd'hui chacun de nous est seul et le serpent s'adresse d'abord à notre inconscient ; nous sommes alors piégés avant même de le savoir! Le jeu de séduction est subtil.

Je pense à la femme d'aujourd'hui comme à la lettre Shin de l'alphabet hébraïque: son idéogramme est un arc tendu à l'extrême avant le départ de la flèche. Son symbole est donc celui de l'extrême rétention mais aussi celui de la détente infinie. Nul ne peut dire où la flèche ira, mais elle est partie : sa course commence et l'axe dans lequel elle se dirige est celui de l'Absolu.


(1) éd. Albin Michel
Son dernier livre : Résonances Bibliques, édition Albin Michel
site : http://souzenelle.free.fr
Source : http://www.nouvellescles.com/Entretien/Souzenelle/Souzenelle.htm


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:06, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 17:56

Tite Perle:

(extrait du livre de Jean-Yves Leloup)

Nahmanide ajoutera: "Lorsque la relation vise le Nom, il n'y a rien de saint et de probe qui lui soit supérieur"; encore faut-il "viser le Nom". Tout est pur pour celui qui est pur, la pureté est celle de l'intention et de la motivation qui préside à l'acte.
...
"Refuser l'érotisme et la sexualité est un refus de la grande Vie dans son aspect de plénitude et son élan vers l'unité. Il est curieux que le désir sexuel qui a sa source dans la Vie elle-même doive être refoulé au profit de valeurs humaines dites spirituelles...La jouissance est au fond la façon pour l'Être, présent dans notre Etre essentiel, de devenir conscient lui-même dans la conscience de l'homme." Graf Dürckheim, Le centre de l'Etre

"L'homme perçoit dans le plaisir sa propre nature essentielle qui est joie. toute jouissance, tout plaisir est une expérience du divin...Mais l'amour parfait est celui dont l'objet n'est pas limité. C'est cet amour qui est l'amour pur, l'amour de l'amour même, l'amour de l'Etre de volupté transcendant."


J'aime aussi beaucoup cette image.

Citons un autre passage du Livre des Morts : « L’âme pénétrera dans le corps du serpent par la queue, qui est dirigée du côté des ténèbres et sortira par sa gueule, qui est toujours du côté de la lumière ».

Selon Albert Champdor, l’âme, après avoir traversé le Serpent, symbole de l’éternité et de la réincarnation, acquiert de nouveaux pouvoirs magiques.


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:07, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 18:30

Fleur de Lys :

Une amie me faisait remarquer que l'union de l'homme et de la femme sur le plan physique était nécessaire avec l'union des autres corps; oui!

mais il faut entendre une union non sexuelle, mais d'âme à âme; une union par le sexe sera toujours le serpent qui rampe sur la terre et non le serpent élévé qui devient l'aigle. Le mariage mystique nous dit qu'il faut trouver la femme en nous; pas la femme extérieure et qu'elle est cette femme? la réponse est dans : "homme connais toi toi même";

J'ai cru pendant lontemps à la doctrine des âmes-soeurs; par âme -soeur, il ne faut pas voir une femme pour un homme et un homme pour une femme; ce n'est pas cette réunion là qu'il s'agit; tout est dans ce connais-toi!

Si on considère que toutes les philosophies, tous les enseignements sont issus de la grande tradition primordiale, voyons un peu de quoi il retrourne concernant cette femme en nous ou la mère, comme il est indiqué par exemple en Inde.
On peut prendre connaissance de certains écrits alchimistes où il est dit que la mère doit-être connue par le fils pour retrourner au père: ceci parait bien mystérieux et pourtant cette lumineux!

C'est à travers le symbole du caducée ou du Thyrse, que la réponse nous est donnée: la tige centrale représentez la kundalini, la mère; c'est le feu-serpent; deux serpents colorés partent de sa base et montent en s'enroulant jusqu'à une courte barre transversale que surmonte deux ailes couronnées par une pomme de pin; ( symbole de la clairvoyance) les deux ailes indiquent que le feu serpent est monté jusqu'à elles, l'homme vient de toucher le premier plan divin et reçoit de la mère l'illumination.

Le père se trouve dans le chakra de la tête; le fils dans celui du coeur et la mère dans celui de la base de la colonne vertébrale; petite information n'en déplaise à beaucoup, ( je ne vais pas me faire que des amis avec ce coup là, lol)) c'est par la remontée du feu-serpent et non en la gaspillant par des relations sexuelles que la Mère sera à nouveau révéillée!

La mère c'est l'eau primordiale, symbole de pureté et maîtrises de nos passions; le fils c'est le feu; il faut d'abord recevoir le baptème d'eau, puis celui par le feu. La mère est aussi la princesse endormie qui doit s'éveiller par un baiser, l'amour du fils!

Par amour, il faut entendre un feu qui brûle dans nos reins et qui vient éveiller cette mère en nous.

Les initiateurs ne protègent que les hommes qui ont dompté leurs passions et dont le corps astral ( crops de désir et des passions) est semblable à la TOISON D'OR. Nous devons vaincre en nous les farouches amazones; vaincre le lion de Némée; etc ( voir les douze travaux d'Hercule ou d'Héracles à ce sujet).

Héphaestos, le dieu du feu, tient en réserve dans son grand réservoir terrestre les forces nécessaires à la grande montée du feu céleste au travers des centres de forces des corps éthériques, astraux et mentaux de l'homme ( les chakras); mais ce feu ce n'est pas lui qui va l'utiliser, mais la mère, qui attend patiemment que l'homme la réveille dans son chakra racine situé à la base de la colonne vertébrale ( kundalini); ce centre de l'eau sera un jour attiré par le feu du fils d'abord ( chakra du coeur), puis par le feu du père (chakra de la tête) feu primordial.

Pourquoi la purification des passions : sont qui ont la connaissance de la traditon primordiale, les instructeurs, peuvent choisir le moment favorable à la montée de la kundalini; cette montée n'est pas douloureuse, lorsque la purification ou catharisie est parfaite; par contre s'il reste quelques résidus passionnels, le feu serpent brûle au passage ces cories; certains saints ont éprouvés durement ceci dans leurs chairs.

Le maître verifie la pureté de l'aura du candidat et si la pureté est parfaite, s'il a vaincu le gardien du seuil, la connaissance lui est donnée;

à méditer.....................

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 16e degré - le Serpent -

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum