AU DELA DU REEL
Il se peut que ce soit la Providence qui ait guidé vos pas en ce lieu… N’hésitez pas… ENTREZ…en toute liberté religieuse, spirituelle…

Partages d’expériences, de difficultés, de fruits cueillis sur les chemins. Ainsi nous contribuons à l’édification de chaque UN.

Soyez simplement attentif car "l’Essence-Ciel" peut se cacher derrière un brin d’humour, un soupçon de sagesse, ou un mot d’Amour, bref tout ce que vous trouverez ici.

Et pour entrer au cœur de la magie, une seule clef est nécessaire, celle qui ouvre votre Cœur.
Derniers sujets
» Formes pensées
Jeu 22 Oct - 13:02 par Jean de Mareuil

» Intuition et 3e oeil
Jeu 22 Oct - 12:57 par Jean de Mareuil

» les Adeptes
Mer 21 Oct - 17:50 par Jean de Mareuil

» Qui sont les Rose-Croix véritables ?
Mer 21 Oct - 17:35 par Jean de Mareuil

» Un nouvel évangile
Sam 25 Juil - 20:15 par Jean de Mareuil

» aide pour comprendre
Jeu 9 Avr - 17:22 par mymy9793

» la voie rosicrucienne
Ven 3 Avr - 17:22 par Micho

» Les Aides invisibles
Mer 19 Nov - 18:30 par eric bilongo

» dans nos rêves, qui retrouve -t-on?
Lun 11 Aoû - 15:08 par labichonne

» La loge blanche du Nord
Jeu 29 Mai - 13:55 par Jean de Mareuil

» changer nos pensées pour une bonne santé
Sam 24 Mai - 17:08 par Jean de Mareuil

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mar - 18:53
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Le 17e degré - l'Epée -

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

prof Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Jeu 9 Mar - 19:07

L'Epée ou la perception de l'axe de lumière.





Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:41, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 17 Mar - 1:01

Chantaloup:

Dans les deux derniers degrés nous avons vu les deux formes d’intelligence : l’une réceptive à travers l’étude avec l’Eléphant et l’autre agissante à travers le faire avec le Serpent.

Mais Intelligence ne signifie pas habileté mentale ni capacité d’accumuler des connaissances ou du savoir, mais ouverture de l’esprit à la Connaissance, ainsi que la volonté de rassembler ce qui est épars….

A ce stade nous recevons cette faculté, à condition qu’elle ne périsse pas par l’Epée !

La perception des deux intelligences nous sert à rencontrer l’ homme au glaive.

La justice étant une des représentations symboliques de l’épée…un autre symbole est celui de guerre sainte dans le sens de guerre intérieure et qui serait la signification de l’Epée apportée par le Christ (Mathieu )

Egalement symbole de Lumière …(épée de Lumière), lumière que nous avions commencé à aborder dans l’étude de l’Eléphant au niveau de « l’ oreille » et poursuivi avec celle du Serpent etc….

Mais l'homme au glaive détient l’axe médian celui qui résout la dualité des deux tranchants….le Milieu Juste , et non le juste milieu….

Milieu Juste dans le sens de Justesse et non de justice.

Revoir le 2ème degré, l'Infidélité et ce qui a été dit sur l'Epée....
http://porte-de-lumiere.forumactif.com/viewtopic.forum?t=57

À suivre…


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:42, édité 2 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 17 Mar - 1:02

Fleur de Lys :

L'épée: Signe de l'état guerrier et de ses vertus, la force, la puissance et le sacrifice, l'épée est duelle : destructrice du Mal, de l'injustice et de l'ignorance, et constructrice lorsqu'elle maintient la paix de Dieu et rétablit la justice. Elle sépare le bon du mauvais, établissant un équilibre, et frappe sans faiblesse le coupable. Aussi, l'épée est-elle le symbole du Logos, du Verbe, possédant un double tranchant, donc le double pouvoir. Symbole polaire et axial, elle est le lien entre le Ciel et la Terre, par lequel "descend" la puissance céleste pour féconder la terre. Surtout, l'épée est un symbole igné et lumineux, image de l'éclair et du feu.

Symbole alchimique de la pureté absolue du foyer, l'épée est idéalisée. Ainsi, Roland s'adresse-t-il à Durandal comme à un Etre cher. Cette idéalisation prend toute sa dimension dans la légende des chevaliers de la table ronde, où l'épée devient un élément indispensable dans la quête du saint Graal.

Escalibur: sert à guérir , non à tuer. L'épée symbolise le pouvoir spirituel dont il ne peut être fait usage qu'avec discernement et uniquement pour le salut de l'humanité. C'est un objet que le novice doit laisser de côté. Il ne doit être utilisé que par celui qui porte la couronne, c'est-à-dire, l'Initié.

L'épée retournée est aussi une croix;
le personnage tient l'épée dans sa main droite; il l'utilise donc celle-ci à bon escient et non pour sa gloire ou son profit personnel; dans la main droite c'est escalibur; la force de guérison ultilisée au service d'autrui pas à des fins persnnelles.


Dernière édition par le Mar 21 Mar - 18:43, édité 1 fois

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 17 Mar - 1:04

Chantaloup :

Quelques petites précisions qui me semblent importantes dans le cadre de notre étude:

Dans le dictionnaire des symboles on nous dit que c'est associée à la Balance que l'épée se rapporte plus spécialement à la justice et dans ce cas, elle sépare le bien et le mal, elle frappe le coupable .
Mais dans cette guerre intérieure que nous devons livrer, les deux tranchants sont en rapport avec le double pouvoir destructeur et créateur ,mâle et femelle .

Par l'axe médian, les deux tranchants sont en équilibre, dans le sens équilibrés.
L'axe médian est la voie du Milieu Juste il représente l'énergie Christique

L'Epée Flamboyante est le symbole de la pure Connaissance, et de la destruction de l'ignorance et pour se faire il nous faut être en conscience.

Il est certain que de manier l'Epée, n'est pas à la portée de tout le monde mais on ne doit pas se mettre de barrière ...on nous dit ici que cette Epée est la perception de l'axe de Lumière

Cette Epée est faite d'un fer céleste qui sert à trancher nos associations mentales disharmonieuses c'est une épée de Lumière qui éclaire nos égarements elle sert à demeurer cohérent dans notre combat contre nous-même.

L'homme qui vit son désir de Connaissance se sert déjà de cette Epée de Lumière
... à suivre

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mar 21 Mar - 18:53

Eric :

A propos de l'épée, elle est bien rangée dans son fourreau et appuyée sur le mur près de moi .. lol
Bisous

Ptite Perle :

L'épée serait mieux en dehors du fourreau...
C'est ce qui arrive lorsqu'on l'utilise....comme on est invité à le faire à travers l'étude des 33 degrés.

La sortir du fourreau tout comme nous devons nous défaire de ce qui nous cache de notre vérité.

C'était juste une tite pensée comme cela ......


Chantaloup :
Oui en effet sur la sculpture le personnage ne tient pas l'Epée dans un fourreau mais il la tient en main ...on ne voit pas bien quelle serait son utilité dans un fourreau ?
L'image du fourreau qui nous cacherait de notre vérité est très intéressante ....car l'Epée est avant tout axe de Lumière révélatrice de la vérité....


Eric :

Une des règles de la Chevalerie et appliquée par les Chevaliers du Temple était de ne jamais sortir l'épée du fourreau pour rien, et ne la sortir et rentrer dans ce fourreau que la lame tachée de sang.... De même, le Chevalier ne devait pas se battre "pour rien" et avoir p)lusieurs adversaires face à lui pour dégainer son épée......
A méditer ....

Chantaloup :
Quand on voit tout le travail que nous avons à faire sur nous-même , je pense qu'il est grand temps de sortir l'Epée de son fourreau pour pourfendre nos adversaires qui ne sont que des parties de nous-même.
Dans la Quête du Graal, on nous dit que Lancelot est obligé de passer sur un pont constitué par le fil d'une épée ....
La vie humaine est comparée au tranchant, entourée de deux gouffres profonds où le Chevalier s'il est dépourvu d'équilibre trouvera la mort....
D'un côté la vanité de celui qui croit avoir atteint les sommets de la spiritualité, de l'autre la tiédeur et la faiblesse de celui qui craint de s'engager sur le chemin.
On voit ici qu'il est question de l' Epée symbolique, celle qui pourfend l'adversaire sans que le sang ne la tache.....
Toujours la même dynamique à tous les niveaux....ne pas tuer, mais terrasser afin d'en intégrer les énergies nouvelles ....
La lame et la garde forme une croix. Par l'Epée on nous demande de devenir cette croix en action.
Pour les Chevaliers du Temple, l'Epée symbole de Lumière était aussi la parole...(dans le sens initiatique )
Il existe un sceau Templier où l'Epée est entourée de flammes et Christian Jacq dit que de se servir de cette Epée-là lui paraît difficile car Elle nécessite une perception de la Lumière aussi aigüe que le tranchant de l'arme.
Ce à quoi lui répond le Maître d'Oeuvre que celui qui vit son désir de Connaissance se sert déjà de cette Epée de Lumière. Il rend conscience sa nature véritable.
Très belle réponse du Maître d'Oeuvre qui montre ainsi que chaque être qui vit son désir de Connaissance a accès à cette Lumière
L'inconscience est dans la Ténèbre en devenir d'être conscience dans la Lumière....

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:33

Eric :
Article de D. A. R. Sokoll paru dans la revue “Hagal”, 2/2002, http://www.verlag-zeitenwende.de.
Diffusé par Synergies européennes, Bruxelles/Dresde - octobre 2005.



Les plus célèbres épées de l’histoire ou de la mythologie portent un nom: Balmung, Nagelring, Excalibur, etc.

Ces noms expriment la valeur symbolique et magique qu’elles reflètent. Leur nom et les actes qu’elles ont accomplis leur procurent simultanément une particularité. Souvent, ces épées uniques en leur genre ont une origine divine, ont été données à l’homme par des dieux et reviennent souvent à ceux-ci en bout de course. Si un héros possède l’une de ces épées, il possède en même temps et puissance et salut. Pour cette raison, l’épée, tenue en main, exprime la force et les capacités masculines et phalliques, ce qui, par extrapolation, symbolise la puissance dominante. Ainsi, les héros solaires et les vainqueurs des forces chtoniennes/telluriques ont pour attribut l’épée.

Sur le plan de l’histoire évolutive de l’humanité, l’épée n’est forcément pas un symbole très ancien, car ce n’est qu’à l’Age du Bronze que les hommes ont disposé des capacités de fabriquer des épées. Les premières d’entre elles sont fort décorées, ce qui indique leur usage principalement sacré.

Et si l’épée est l’attribut de la classe guerrière dominante, le fabricant d’épées, acquiert, lui aussi, une dimension plus importante : il s’agit du forgeron.

Dans la mythologie scandinave, le dieu du tonnerre, Thor, entretient un rapport médiat avec l’épée. Si son attribut majeur est le marteau, celui reste tout de même aussi l’oeuvre du forgeron, dont le travail consiste à manier le feu et d’autres marteaux, que l’on associe ensuite à l’éclair et au tonnerre.

Jörd, d’après l’Edda de Snorri, est la mère de Thor; elle est la personnification de la Terre. C’est d’elle que jaillissent les métaux que travaillent le forgeron.

Le dieu solaire Freyr possède, lui aussi, une épée, capable de combattre seule. Il est le dieu de la fertilité, de la richesse matérielle, du développement pacifique. Ses représentations accentue sa dimension phallique.

Dans l’hindouisme védique et dans le bouddhisme, l’épée et le “varya” revêtent le même symbolisme; le terme sanskrit de “varya” désigne tout ce qui est masculin/viril, dont le phallus et la semence. Il signifie aussi la “foudre” et symbolise tout ce qui relève symboliquement de l’éclair.

La massue à lancer, attribut d’Indra, se nomme également “varya”. Comme le marteau de Thor, cette massue d’Indra peut ôter comme donner la vie; elle est ainsi un symbole herculéen. Dieu qui décide de l’orage, Indra est représenté en couleur rouge, ce qui indique une appartenance à la caste des guerriers, ou “kshatriya”, caste qui le vénère en Inde.

Le rapport à l’épée a une dimension encore plus philosophique en Asie.

Au Japon, la noblesse chevalière, c’est-à-dire les samourais, cultive une conception spirituelle à l’égard des deux épées que possède le samourai, soit le katana et le wakizashi. L’épée, pour eux, n’est pas seulement un objet de vénération, mais est aussi un symbole de l’âme. Par voie de conséquence, les samourais maintenaient leurs épées dans un état de pureté absolue et ne les maniaient qu’avec le plus grand respect.
Les ninjas, en revanche, considéraient les épées d’une manière bien plus prosaïque. Leurs épées, contrairement à celles des samourais, n’étaient pas courbées, mais droites, ce qui avait pour avantage de pouvoir les utiliser comme outils, d’en faire éventuellement une arme de jet, de donner des coups d’estoc, de s’en servir comme levier ou comme échelle, etc. Pour le samourai, un usage aussi vil de l’épée était totalement inconcevable.

En Orient, l’épée a une dimension féminine.
En Occident, elle a généralement une lame droite, tandis qu’en Orient elle est courbée, à la façon des sabres ultérieurs. Au Japon, comme dans l’espace indo-européen, l’épée est l’attribut des divinités masculines du tonnerre et de la tempête, telles Susano-o au Japon, Indra en Inde, Mars dans le monde romain…

L’épée est également mise en équation avec l’intellect et possède de ce fait une vertu séparante, scindante: Alexandre le Grand a résolu une tâche autrement impossible, défaire le noeud gordien, tout simplement en le tranchant.
La déesse Iustitia tient en une main une balance, en l’autre une épée.
Ces deux objets ne représentent pas seulement les aspects législatif et exécutif. L’épée symbolise la force de sa capacité de juger; elle l’aide à séparer culpabilité et innocence.

Au moyen âge, lorsque le chevalier passait la nuit avec la Dame qu’il admirait, il plaçait son épée entre lui et elle, posant de la sorte une barrière insurmontable qui symbolisait leur chasteté à tous deux.

Enfin, lorsque le chevalier est frappé sur l’épaule lors de son adoubement, ce geste symbolise la séparation en deux de sa vie: celle d’avant l’adoubement, et donc l’entrée en chevalerie, et celle d’après. C’est clairement un rituel d’initiation.

Tacite évoquait déjà la danse de l’épée chez les Germains. L’histoire de ce rituel et de cette chorégraphie s’est poursuivie jusqu’au 20ième siècle. Bon nombre d’indices nous signalent qu’il s’agit pour l’essentiel d’une cérémonie d’initiation.

Comme l’épée est un objet récent dans l’histoire du développement général de l’humanité, les mythes, où l’épée joue un rôle, ne datent pas d’un passé fort lointain, comme l’indique notamment le mythe judéo-chrétien où Adam et Eve sont chassés du paradis terrestre. Dans ce mythe biblique, l’épée a aussi une fonction “séparatrice”; elle est en l’occurrence l’épée de feu de l’Archange Michel, qui sépare l’homme du Jardin d’Eden. Vu que Michel a des origines iraniennes et qu’après la christianisation de la Germanie, il a remplacé Wotan/Odin dans tous les symboles religieux, avec une interprétation chrétienne nouvelle, où son épée de feu sépare l’homme chrétien nouveau de son passé païen organique. L’épée de Michel est pour l’humanité germanique une sorte d’épée de Damoclès…

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:41

Eric :

Illustre symbole de bravoure et de puissance, fier emblème des chevaliers croisés la représentant comme fragment de la croix de lumière, l'épée exprime plus oultre ne peut le dualisme médiéval.

Symbole de guerre mais aussi de paix, d'injustice mais surtout d'équité, les deux tranchants semblent représenter l'Etre humain dans toute sa contradiction.

Symbole alchimique de la pureté absolue du foyer, l'épée est idéalisée. Ainsi, Roland s'adresse-t-il à Durandal comme à un Etre cher. Cette idéalisation prend toute sa dimension dans la légende des chevaliers de la table ronde, où l'épée devient un élément indispensable dans la quête du saint Graal.

Instrument de vie et de mort, d'injustice et d'équité, manichéen par excellence, le glaive ne pouvait que devenir un des symboles majeurs de la milice du Temple.

Parole donnée sur épée ne peut être rompue


L'épée, idéalisée et personnifiée, servait également aux enchanteurs pour tracer le cercle magique, mais aussi pour se livrer à la divination étrangement nommée dans ce cas "spathomancie".



Grandement respectée par les chevaliers de la milice du Temple, la symbolique de l'épée trouve principalement sa source, à l'instar de toute symbolique médiévale, dans les saintes écritures.

Mathieu 10/34-36
''''' N'allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive.'''''

Jérémie 24-10
''''' Mais comme on traîte les mauvaises figues, si gâtées qu'elles en sont immangeables - Oui ainsi parle Yahvé - Ainsi traiterai-je Sédécias, roi de Juda, ses princes et le reste de Jérusalem. Ceux qui sont restés dans ce pays comme ceux qui habitent au pays d'Egypte. J'en ferai un objet d'horreur, une calamité pour tous les royaumes de la terre, un opprobre, une fable, une risée, une malédiction en tous lieux où je les chasserai. Et j'enverrai contre eux l'épée, la famine et la peste jusqu'à ce qu'ils aient disparu du sol que j'avais donné à eux et à leurs pères.'''''

Génèse 3/24
'''''Et Yahvé Dieu le renvoya du jardin d'Eden pour cultiver le sol d'où il avait été tiré. Il bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Eden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:43

Fleur de Lys :
Bonjour Chantaloup
Pour ma part, je ne vois en ce qui concerne l'épée à la main, aucune relation avec un combat; le fait de tenir l'épée dans la main droite, indique que le personnage maîtrise absolument , justement, cette épée; on pourrait y voir aussi la maîtrise des ses émotions , son sang froid.

Mais je crois que c'est dans le domaine de la force spirituelle qu'est sa maîtrise; l'épée comme le bâton ( fleuri) est symbole de la force spirituelle employée pour le service, pour guérir, et non pas pour blesser.

La baguette du magicien, la Lance sacrée de Parsifal, roi du Graal, et le Rameau reverdi d'Aaron sont des emblèmes de la force créatrice divine qui accomplit des oeuvres si merveilleuses qu'on les appelle des miracles.

Lorsque Parsifal, héros du mythe spirituel qui porte son nom, a affronté la tentation de Kundry et s'est affranchi du plus grand des péchés, celui de luxure, il recouvre la Lance sacrée arrachée par le magicien Klingsor des mains du roi du Graal impudique et déchu, Amfortas. Après cet exploit, Parsifal voyage longtemps de par le monde, à la recherche du château du Graal.

"Souvent, dit-il, j'ai été serré de près par des ennemis et tenté de me servir de la Lance pour me défendre, mais je savais que cette arme sacrée ne devait jamais être employée pour blesser, mais seulement pour guérir ."

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:44

Rosemonde :

L'épée
La tradition judéo-chrétienne nous apprend que l'Archange mit en déroute les Anges rebelles qui s'étaient détournés de la Lumière. Dieu envoya contre ceux dirigés par Satan ("l'accusateur" ou "l'adversaire" en Hébreu) l'Archange Michel et des Anges demeurés sous son autorité. Saint Michel se fit alors entendre de part et d'autre des cieux en s'écriant: "Qui est semblable à Dieu ?"

Ces paroles furent si efficaces que l'Archange de Dieu et ses Anges prévalurent et chassèrent les Anges rebelles des sphères célestes. Ainsi il n'est pas étonnant que Saint Michel Archange soit représenté comme un chevalier armé d'une épée étincelante s'apprêtant à terrasser le démon (symbolisé souvent par un dragon).

L'épée évoque la guerre. Il ne s'agit pas toutefois d'une guerre destructrice cherchant à assouvir des instincts belliqueux, mais d'une guerre constructive. En effet il est important de noter que Saint Michel ne tue pas le dragon mais qu'il le tient en respect à la pointe de son épée: il le maîtrise et le contrôle. Ainsi l'épée que brandit Saint Michel est pour l'homme l'outil d'une guerre sainte menée contre les égarements de la dimension corporelle et conduisant à sa réconciliation avec la dimension spirituelle.

L'épée peut être vue comme l'emblème de la rédemption pour une adéquation entre la vie extérieure de l'homme et sa vie intérieure (spirituelle).

En fait on pourrait résumer cela à: chercher à "vivre en vérité" en combattant toute dissonance intérieure, rectifiant ainsi notre personnalité pour l'amener à se conformer aux lois de l'esprit. C'est ce que nous rapporte également le récit de la Genèse à propos de la chute de l'homme. Il voulut à son tour "devenir Dieu", c'est à dire faire de sa dimension extérieure l'essence même de son être. C'est de ce piège que cherche à nous préserver Saint Michel en invitant l'homme à entrer en sa dimension intérieure afin qu'il s'élève vers Dieu.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:44


Michel l'archange
-------------------------
Commandant de l'armée céleste.
Le nom de ce " capitaine des armées célestes " signifie en hébreu : " Qui est comme Dieu ".
Un nom très suggestif.
Michel est le pourfendeur de tous ceux qui se font " dieux ".


Un culte chrétien, étroitement lié à l'héritage juif.
Fêté le 29 septembre, il est le patron de Bruxelles, des malades et des combattants, et est invoqué contre la tentation ou contre les tempêtes en pleine mer.
Le culte de Michel, l'un des trois anges vénérés par l'Eglise occidentale (les deux autres étant Gabriel et Raphaël dont les fêtes n'ont commencé a être célébrées qu'au XXè siècle), est ancien et très populaire; Il apparaît dans les traditions judéo-chrétiennes comme le représentant spécial de Dieu chargé d'appliquer les ordres du Tout-Puissant concernant l'humanité Haut de Page
Il est mentionné deux fois par Daniel (10, 13 et 12,1) dans l'Ancien Testament comme le protecteur du peuple élu d'Israël, le prince du ciel et le chef de l'armée céleste. Dans le Nouveau Testament, il apparaît comme le vainqueur du dragon satanique de l'Apocalypse et Jude le montre dans son Epître argumentant avec le Diable au sujet de la possession du corps de Moïse. On en parle beaucoup dans les écrits apocryphes des traditions juives et chrétiennes. Ainsi, le testament d'Abraham, qui date du IIè siècle, montre Michel essayant de convaincre Abraham de la nécessité de la mort, et le crédite de pouvoirs d'intercession si forts qu'il peut sauver les âmes de l'enfer. Haut de Page
Son culte commença en Orient, peut-être en Phrygie, où il était considéré particulièrement comme le protecteur des malades. Une célèbre vision de Michel, sur le mont Gargano, en Italie du sud-est, inspira probablement saint Aubert dans sa construction du tombeau du Mont-Saint-Michel en France et contribua à sa vénération en occident. Une célèbre basilique de la rue Salériane à Rome fut construite en son honneur. Le 29 septembre, on commémore cette dédicace. Haut de Page
On pensait que Michel était apparu à Rome pendant une épidémie de peste et certains en font l'équivalent du Charon de la mythologie païenne, le passeur des morts dans l'au-delà. Cette tradition a sans doute fait de lui le patron des cimetières, de la mort ou de ceux qui sont en danger de mort. En Occident, il est plus connu comme le guerrier qui protège les soldats et obtient la victoire contre les forces du mal. C'est sans surprise qu'il fut souvent invoqué par les chefs militaires. Il est pour eux comme le garant que le droit est de leur côté. Haut de Page
Il est le plus souvent représenté avec une épée, soit dans le combat, soit dans la victoire sur le dragon ou le diable. Mais parfois on le trouve, surtout au Moyen Age, pesant les âmes des morts, puisqu'on lui croyait le pouvoir de juger. Jadis on fêtait saint Gabriel le 24 Mars, saint Raphaël le 25 octobre et saint Michel le 29 septembre, aujourd'hui on les honore tous les trois le 29 septembre.







Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:45

Chantaloup:
Bonjour Rosemonde



Ainsi l'épée que brandit Saint Michel est pour l'homme l'outil d'une guerre sainte menée contre les égarements de la dimension corporelle et conduisant à sa réconciliation avec la dimension spirituelle.
L'épée peut être vue comme l'emblème de la rédemption pour une adéquation entre la vie extérieure de l'homme et sa vie intérieure (spirituelle).

En fait on pourrait résumer cela à: chercher à "vivre en vérité" en combattant toute dissonance intérieure, rectifiant ainsi notre personnalité pour l'amener à se conformer aux lois de l'esprit


Merci pour cet apport précieux qui explique clairement ce à quoi nous sert cette Epée... et surtout qui la recadre dans le contexte de notre étude.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Mer 22 Mar - 12:46

Chantaloup:

Bonjour fleur de Lys

Pour ma part, je ne vois en ce qui concerne l'épée à la main, aucune relation avec un combat; le fait de tenir l'épée dans la main droite, indique que le personnage maîtrise absolument , justement, cette épée; on pourrait y voir aussi la maîtrise des ses émotions , son sang froid.
Ce n'est pas l'Epée qui combat mais nous et elle nous sert à demeurer cohérent dans notre combat intérieur
C'est en ce sens en effet qu'il y a maîtrise .
Mais je crois que c'est dans le domaine de la force spirituelle qu'est sa maîtrise; l'épée comme le bâton ( fleuri) est symbole de la force spirituelle employée pour le service, pour guérir, et non pas pour blesser.
Tout à fait . elle doit nous aider à nous guérir de nos imperfections et disharmonies mentales afin d'accéder à notre vérité qui est spirituelle.
La baguette du magicien, la Lance sacrée de Parsifal, roi du Graal, et le Rameau reverdi d'Aaron sont des emblèmes de la force créatrice divine qui accomplit des oeuvres si merveilleuses qu'on les appelle des miracles
Effectivement lorsque nous atteignons cette dimension , on peut dire que des choses merveilleuses arrivent car que ce soit la baguette du magicien , la lance ou l'épée, c'est la même chose c'est à dire nous-même car nous sommes cette Epée de Lumière.

Lorsque Parsifal, héros du mythe spirituel qui porte son nom, a affronté la tentation de Kundry et s'est affranchi du plus grand des péchés, celui de luxure, il recouvre la Lance sacrée arrachée par le magicien Klingsor des mains du roi du Graal impudique et déchu, Amfortas. Après cet exploit, Parsifal voyage longtemps de par le monde, à la recherche du château du Graal.
"Souvent, dit-il, j'ai été serré de près par des ennemis et tenté de me servir de la Lance pour me défendre, mais je savais que cette arme sacrée ne devait jamais être employée pour blesser, mais seulement pour guérir ."
Parsifal voyageur de son intérieur va découvrir de par le monde l'étranger ...ce qui est étrange en lui et effectivement lorsqu'il est en contact avec ses ennemis c'est à dire des parties étranges en lui-même, il se sert de sa Lance (Epée de Lumière ) pour vaincre l'adversaire mais pas pour le tuer. C'est en ce sens qu'il s'en sert pour guérir...C'est une guérison pour lui-même

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:40

Eric :
L'épée. Signe de l'état guerrier et de ses vertus, la force, la puissance et le sacrifice, l'épée est duelle : destructrice du Mal, de l'injustice et de l'ignorance, et constructrice lorsqu'elle maintient la paix de Dieu et rétablit la justice. Elle sépare le bon du mauvais, établissant un équilibre, et frappe sans faiblesse le coupable. Aussi, l'épée est-elle le symbole du Logos, du Verbe, possédant un double tranchant, donc le double pouvoir. Symbole polaire et axial, elle est le lien entre le Ciel et la Terre, par lequel "descend" la puissance céleste pour féconder la terre. Surtout, l'épée est un symbole igné et lumineux, image de l'éclair et du feu.

S'adressant aux Templiers, saint Bernard écrivait: " L'épée est tout pour vous et ce donc plus que la croix. Elle est forte image brûlante du Verbe qui s'est incarné parmi nous pour nous sauver.

N'oubliez que vous portez sur votre flanc la Lumière de notre Seigneur qui devra être prestement tirée du fourreau de l'obscurité, autant de fois qu'il vous semblera juste, non pour des raisons du monde ou la colère, mais pour détruire la nuit de la mécréance, de la malignité des infidèles et que triomphe la Vérité apportée par le Christ.

Répandre le sang de l'impie est faire oeuvre justement de Dieu et vouer son âme au feu éternel.

Chérissez votre épée comme une compagne fidèle et obéissante, et n'hésitez à vous lancer dans le trépas avec elle car elle vous permettra d'accéder à la vie éternelle "

De la forge d'où est issu le lingot de métal en fusion qui donnera la lame jusqu'à sa remise au futur chevalier, l'épée reçoit, inflige et transmet la matière ignée. Lors de l'adoubement ou de la simple remise de l'épée à la suite d'un rite de passage, comme au Temple, l'initiateur ne transmet pas seulement à l'initié, futur membre de la confrérie, une série de connaissances et ne l'ordonne pas uniquement dans son futur état, mais lui donne le feu sacré et divin qu'il devra manier avec justesse et sagesse.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:41

Chantaloup:
sur la sculpture le personnage ne tient pas l'Epée dans un fourreau mais il la tient en main ...on ne voit pas bien quelle serait son utilité dans un fourreau ?
L'image du fourreau qui nous cacherait de notre vérité est très intéressante ....car l'Epée est avant tout axe de Lumière révélatrice de la vérité....

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:41

Eric :
En effet, le personnage tient l'épée... Mais s'il a été représenté ainsi, c'est sans doute parce que c'est une situation exceptionnelle, un moment particulier, et non une manière d'être ou une façon de vivre...
Cette épée exhibée l'est donc pour une tâche précise.
Lors d'un adoubement traditionnel, l'épée est sortie de son fourreau pour sanctifier le futur chevalier, ensuite elle est remise dans son fourreau...
Elle ne sort de sa protection que pour bénir, sanctifier et tuer ..

En décoration simple, n'oublions pas que son rôle diffère si par exemple elle est pendue à un mur, posée sur le mur ou posée sur un bureau... Le fait qu'elle soit hors fourreau signifie qu'elle est en constante fonction.. Prudence alors dans ce que nous accorchons, pendons ou posons devant ou près d enous ...

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:42

Fleur de Lys :

Cette épée exhibée l'est donc pour une tâche précise

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:43

Chantaloup:
OUI bien sûr , je suis d'accord avec tout ce que vous dîtes concernant ces rituels de passages initiatiques mais j'essaie d'expliquer le plus possible ce que ça représente au niveau du travail intérieur.....
car justement à ce niveau, il nous ait demandé d'organiser notre espace intérieur et c'est par le biais de cette Epée que l'on peut le faire car elle nous montre le Milieu Juste
Elle nous permet par l'axe de Lumière qu'Elle est d'atteindre la verticalisation pour que l'homme devienne Homme . Qu'il retourne à sa vocation ontologique....et c'est ce dont nous avions parlé au 2ème degré qui est un obstacle à l'initiation....
Par l'axe médian le Vav ( 6) ,équilibre des deux tranchants Hé (2x 5 ) on atteint de Yod (10)
Dans cette étude, on nous dit que mettre l'Epée dans les mains d'un bâtisseur, c'est à dire nous...bâtisseur de notre Temple intérieur, revient à lui faire découvrir la pierre angulaire de l'édifice....
Par la connaissance de l'Epée et là, on nous dit de vivre cette connaissance et que celui qui la vit s'en sert déjà en rendant consciente sa véritable nature qui n'est autre que spirituelle, on introduit un axe de lumière , une rectitude indispensable pour vivre l'initiation

Dans le Sepher HaZohar, livre de la Splendeur, il est écrit: "L'épée du Saint, béni soit-il, est formée du Tétragramme; le Yod en est le pommeau, le Vav la lame et les deux Hé les deux tranchants" ( Zohar, lll,274b ).
C'est ce que dit Annick de Souzenelle qui poursuit : dans le Yod, le pommeau, se trouve la tête de l'Homme que le chrétien en se signant nomme Le Père. Dans le Vav, la lame, apparaît la colonne vertébrale formée des énergies du Père dans l'éternel engendrement du Fils. Dans les deux Hé, les deux tranchants, se déploient les poumons que prolongent les deux bras et les deux mains de l'Homme que l' Esprit emplit du souffle de vie.
Le Tétragramme révèle ainsi" la structure divine" dans son essence trinitaire, et la structure de l'Homme, son image.
IL est l'archétype par excellence à partir duquel "Dieu Se fait Homme pour que l' Homme devienne Dieu


Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:43

Fleur de Lys :
l'épée sert aussi à çà ou le sceptre :
Le maître portait une tunique de lin et commença la cérémonie : agenouille toi sur le genou droit seulement; le maître donna la signification de chaque objet et expliqua leur symbolisme; le maître alluma à l'aide d'une bougie les bougies du second candélabre: ces lumières sont pour les maîtres du passé qui sont parmi nous; il mit de l'encens et purifia la pièce; il demanda quel nouveau nom Angelo voulait être appelé :Johannes; il posa l'épée sur la tête du nouveau néophyte; à ce moment quelque chose de nouveau, d'insaisissable se produisit en Johannes qui explosa en lui; ce que tu éprouves en ce moment, frère Johannes, bien d'autres l'ont éprouvé avant toi; cette chose là s'appelle la lumière, mais elle n'a pas de nom.; puis il enseigna à Johannes les paroles secrètes, les signes, le rituel des travaux quotidiens à trois moments très précis de la journée de vive voix selon la tradition. Ainsi fut initié le frère Johannes.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:43

Eric :
Cela me rappelle une certaine initiation, voici des années....Dans une Heptade de Paris

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:44

Fleur de Lys :
rituel de passage, oui! Mais bien plus que çà.
Il s'agit de la réception de la Lumière en nous et ceci n'est pas du tout un symbole

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:44

Chantaloup:
Nous sommes bien d'accord...on dit exactement la même chose mais cette Lumière ne vient comme ça toute seule lors d'un rituel .....
Par contre l'Epée est le symbole de cette axe de Lumière
Bisous

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:44

color=darkred]Eric :[/color]
Tout dépend de ce que l'on appelle "rituel" et de quel rituel il peut s'agir..
Dans celui tout particulier que j'ai connu parce que vécu dans une voie "cardiaque", cette Lumière invoquée est réellement présente et passe à un moment bien précis de l'épée tenue par l'Initiateur au récipiendaire.
Bien sûr, tout n'est pas si simple.. Bad)
La "qualité" de l'Initiateur est importante, il doit avoir bien sûr reçu lui-même cette Force/Lumière, et doit surtout l'avoir intégrée dans sa vie de chaque jour....Si l'initiateur n'a pas cette "qualité", il ne transmets rien de réel, que des paroles qui peuvent néanmoins ouvrir le récipiendaire à quelque chose de très puissant.
Mais l'Initiation ne prend toute sa signification et sa valeur qu'à la condition que j'ai évoquée plus haut...
Le rituel doit être aussi correctement préparé, ce n'est en aucun cas une sorte de travail à la chaîne comme on peut y assister aujourd'hui...
Le Collège rituélique et initiatique doit lui-même être dûment préparé, chaque élément doit être à sa place et entièrement....
Mais il reste évident que le travail le plus important est imputé au récipiendaire qui peut soit oeuvrer pour faire vivre cette Lumière dans son être et autour de lui, soit ne rien faire.. Alors cette Lumière n'irradiera pas, mais en quelque sorte stagnera sans "vivre" dans le récipiendaire, qui connaîtra de toutes les manières des problèmes plus ou moins graves dans sa vie, étant dépositaire d'une sorte de "trésor" et ne le transmettant pas, ni le mettant en oeuvre dans tous les domaines de sa vie... De graves déséquilibres peuvent se produire par la suite, pouvant être très graves jusqu'à des extrémités non voulues..

Ce "travail" n'est pas simple, c'est aussi très évident... Mais l'opportunité est quelque part formidable, merveilleuse, extraordinaire, mais aux conséquences graves, dans un sens comme dans l'autre..

Partant d'une expérience perso, je peux difficilement en dire davantage, je pense que tu peux comprendre, même si tu n'as pas suivi cette Voie...

Pour conclure, il est donc très difficile de recevoir cette Lumière, et il est ensuite tout autant difficile de l'intégrer et de la vivre....

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:45

Fleur de Lys :
Nous avons évoqué qu'une véritable initiation ne se fait pas dans une loge; toutefois, il ne faut pas en faire une règle absolue; certaines initiations ,de la réception par exemple de la lumière, peut se faire comme tu le dis.
Et un fait non des moindres en effet, est que l'Initiateur soit capable et de recevoir la Lumière et aussi de la retransmettre via son coeur et l'épée ou le sceptre car ainsi atténuée; car le récipiendaire risquerait l'électrocution; d'ailleurs tu as évoqué les méfaits de la kundalini; c'est un feu qui descend nul doute ; ce feu est sous forme de lumière, mais c'est un feu qui peut consumer s il n'y a pas préparation avant

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:45

Fleur de Lys :
pris dans le livre "le féminin de l'Etre" Annick de Souzenelle :
L'ADN, messager génétique qui a forme d'épée, porte l'information fondamentale du Verbe et de l'Esprit, du plus subtil au plus immédiatement observable de nos organes..... le corps devient alors l'Eveilleur.

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Ptite Pe le Ven 31 Mar - 21:46

Chantaloup:
Quand même !!! Merci Jean -Paul

Ptite Pe
Invité


Revenir en haut Aller en bas

prof Re: Le 17e degré - l'Epée -

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum