AU DELA DU REEL
Il se peut que ce soit la Providence qui ait guidé vos pas en ce lieu… N’hésitez pas… ENTREZ…en toute liberté religieuse, spirituelle…

Partages d’expériences, de difficultés, de fruits cueillis sur les chemins. Ainsi nous contribuons à l’édification de chaque UN.

Soyez simplement attentif car "l’Essence-Ciel" peut se cacher derrière un brin d’humour, un soupçon de sagesse, ou un mot d’Amour, bref tout ce que vous trouverez ici.

Et pour entrer au cœur de la magie, une seule clef est nécessaire, celle qui ouvre votre Cœur.
Derniers sujets
» Formes pensées
Jeu 22 Oct - 13:02 par Jean de Mareuil

» Intuition et 3e oeil
Jeu 22 Oct - 12:57 par Jean de Mareuil

» les Adeptes
Mer 21 Oct - 17:50 par Jean de Mareuil

» Qui sont les Rose-Croix véritables ?
Mer 21 Oct - 17:35 par Jean de Mareuil

» Un nouvel évangile
Sam 25 Juil - 20:15 par Jean de Mareuil

» aide pour comprendre
Jeu 9 Avr - 17:22 par mymy9793

» la voie rosicrucienne
Ven 3 Avr - 17:22 par Micho

» Les Aides invisibles
Mer 19 Nov - 18:30 par eric bilongo

» dans nos rêves, qui retrouve -t-on?
Lun 11 Aoû - 15:08 par labichonne

» La loge blanche du Nord
Jeu 29 Mai - 13:55 par Jean de Mareuil

» changer nos pensées pour une bonne santé
Sam 24 Mai - 17:08 par Jean de Mareuil

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 13 Mar - 18:53
Connexion

Récupérer mon mot de passe


Récits d'un voyage en Inde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

clochette Récits d'un voyage en Inde

Message par Jean de Mareuil le Dim 11 Mai - 20:26

RECITS DE VOYAGE EN INDE


 
8 juillet 1970 :
 New Delhi (Inde)
Je suis arrivé en Inde, en juillet 1970; dès la descente de l'avion, je me suis senti vraiment dépaysé comme si j'étais catapulté dans une autre dimension, dans le temps, mais dans un passé lointain.
Autour de la vieille ville de Delhi, les Britanniques ont aménagé, à la fin de la période coloniale, entre 1912 et 1929, une cité moderne, NewDelhi. Celle-ci est devenue la capitale de l'Inde britannique en 1912 avant de devenir celle de l'union indienne en 1947. Ici, le quartier des ministères, dans l'avenue Raj Path.
Dès que je suis sorti de l'aéroport, les taxis affluèrent, mais notre agence de voyage nous avait réservée un petit car; je suis monté à bord et la visite de la ville a commencée; ce qui m'a surpris le plus c'est de voir en plein centre ville, d'un coté de la rue, des maisons splendides, bâties par les Anglais avec des jardins magnifiques et de l'autre côté, les bidons villes des gens pauvres; cahutes faites de planches et de tôles assemblées, sous lesquelles des personnes étaient accroupies; c'est le paradoxe de l'Inde, la splendeur et la misère se côtoient sans cesse.
 
30 septembre 1970 :
 Rishikesh
Je vais vous conter une curieuse anecdote qui m'est arrivée lors de mon séjour en Inde; j'étais à l'ashram de Sivananda situé sur les bords du Gange; c'était le tout dernier jour de notre séjour et nous avons improvisés pour aller se balader de l'autre coté du fleuve dans la jungle; nous avons traversé le Gange en bateau non sans quelques angoisses car le fleuve était au maximum et avait commencé à déborder sur les rives; nous étions à l'époque de la mousson; enfin, on arriva sans difficultés de l'autre coté de la rive;
une longue marche commença et après avoir marché pendant plusieurs heures, certains amis et amies manifestaient des signes de fatigue et votre serviteur commençait à avoir mal aux pieds car j'avais eu la fâcheuse idée de prendre des baskets sans mettre de chaussettes; on ne se refait pas; tous, nous en avions plus qu'assez, et d'un commun accord, on s'apprêtait à faire demi-tour, lorsque nous aperçûmes comme par enchantement, une maison au milieu des arbres; c'était un ashram .  Un Yogi, très vieux, sans âge, vint à notre rencontre et nous souhaita la bienvenue; nous avons parlé un peu de tout, mais beaucoup yoga; en plus il connaissait l'astrologie indienne et c'est maintenant que j'entre dans le vif du sujet : il nous parla d'un curieux livre qui se trouvait à Bénarès dans un temple : ce livre à la particularité lorsqu' une personne l'ouvre, de lui voir révéler son passé, son présent, son avenir dans les pages qu'elle consulte; mais la où cela devient intéressant, le livre n'a que des pages blanches et ce n'est que lorsqu'une personne le consulte, après un certain temps d'attente, que les pages s'animent.   J'avais pris connaissance de ce fait dans un ouvrage il y a de nombreuses années en arrière mais je ne m'attendais pas à la véracité des faits;
 
10 juillet 1970 :
 Rishikesh (ashram de Sivananda)
Après avoir traversé la petite ville de Rishikesh, je suis arrivé à l'ashram de Sivananda qui est situé le long du Gange; d'un côté l'ancien hôpital (pour les yeux) qui allait nous servir d'hôtel, avec la cuisine en bas, la bibliothèque et tout au-dessus une terrasse pour y effectuer nos exercices de yoga; là, la compagnie des singes nous y attendait et ceux-ci nous regardaient avec indifférence d'abord, puis avec une curiosité, et bien vite nous avons tout rangé car ils commençaient à chaparder tout ce qu'ils pouvaient attraper.
De l'autre côté de la route se situe l'ashram; après avoir monté des escaliers qui n'en finissent plus, de nombreux bâtiments sont sur la première terrasse; les uns sont destinés au résidants, d'autres pour la musique; un autre sert pour la méditation; sur la deuxième terrasse se trouve un nouveau temple en construction.
En bas, lorsque l'on prend les escaliers , sur la gauche, on traverse un terrain plat, puis on descend et l'on trouve la chambre du Swami Sivananda; chambre modeste avec quelques meubles et un grand lit ; cette chambre se trouve inondée à chaque mousson, car elle se situe au même niveau du Gange. Il y a une imprimerie; nous y avons trouvé de nombreux livres et nous avons pu nous procurer bien des ouvrages. De l'autre côté, la partie réservée à Mataji, la disciple directe de Sivananda, laquelle m'a initié, lors d'une cérémonie intime.
Je me sentais à l'aise dans ce paysage et je supportais très bien la chaleur; je n'ai eu aucun problème à ce sujet comme si j'étais habitué au climat; j'étais chez moi en quelque sorte; par la suite à travers les endroits visités, j'avais une impression de déjà vu; une réminiscence du passé, peut-être; lors de mes nombreuses rencontres, je trouvais plaisant et très chaleureux, le passage d'un Swami, il me saluait et moi de même en joignant les deux mains, je le saluais en disant "Om Swami" , c'était la coutume; j'aimais ces gens car ils avaient toujours le sourire; cela me changeait bien de chez nous car ici les visages sont tristes et renfrognés.
 Une nuit, alors que nous dormions paisiblement, nous entendîmes un vacarme et de grands cris et comme si quelqu'un donnait des coups de bâtons; tous les amis et moi-même, nous nous précipitames sur le palier et là je ne m'attendais pas à voir ce spectacle, des Swamis étaient en train de taper allègrement sur un cobra qui avait eu la malchance de trouver un passage à travers une ouverture de fenêtre pourtant grillagée. Je n'avais jamais vu un tel serpent, sa grosseur était très impressionnante;
mais il ne bougeait plus, les Swamis avaient eu raison de lui; puis tout devint calme à part des chants et de psalmodies que les Swamis avaient entamées pour le serpent, certainement pour demander pardon de cet acte; mais cela aurait pu avoir une grave incidence car nous étions une vingtaine de personnes à dormir dans la chambre. Mais le sommeil nous vint et on passa une très bonne nuit.
 
13 août 1970 :
 Shrinagar (Cachemire)
Le Cachemire est en grande partie montagneux et comprend trois parties: au sud, la région de Jammu (capitale d'hiver), dans le Moyen Himalaya, de population hindoue!; au nord, dans le Grand Himalaya, les hautes montagnes de la chaîne de Karakoram, où est situé le K2, deuxième sommet du monde, et une partie du Ladakh, région de langue tibétaine!; au centre, la vallée du Cachemire, haute plaine arrosée par la Jhelam, foyer historique de la civilisation du Cachemire, à majorité musulmane. L'Indus traverse la région.
Le Cachemire est un pays ancien, dont le nom, selon la légende,
viendrait des Khasi, un peuple qui, plusieurs siècles avant l'ère chrétienne, s'installa dans les montagnes du Nord. Par la suite, l'Inde envoya des troupes au Cachemire et contraint le Pakistan au retrait. Je devais me rendre dans la région du Ladakh, mais ce ne fut pas possible en raison des troubles ; je ne pus rencontrer les tibétains chez eux à mon grand regret.
Lorsque je suis arrivé à Shrinagar, je me suis rendu directement au lac Dal; ce lac est magnifique,il se trouve au pied de la chaîne du Karakorum; il y règne un climat doux et plus frais qu'en Inde; on bénéficie à la fois des chaînes de montagne; dans le fond du paysage et dans le lac, des lotus par milliers; nous nous sommes divisés, les amis et moi pour nous rendre sur les "house-boat", bateaux à fond plat qui allaient nous servir de lieu de résidence; là, le dépaysement fut total, comment imaginer du dehors un hôtel flottant; on accède au bateau par des marches, et l'on se trouve sur une sorte de terrasse; puis on entre dans une grande salle de séjour décorée de meubles très riches à l'indienne, avec des panneaux de bois sculptés; puis les chambres, et tout au fond la cuisine, la douche et les commodités; cela ressemblait à un conte des mille et une nuit; splendide.
A peine arrivés, ils nous fut servis des rafraîchissements, du thé glacé; depuis un moment, je commençais à montrer des signes d'impatience et je n'étais pas le seul, les amis aussi; une envie folle de se baigner dans le lac nous prit et avec de grands rires d'enfants, on a envoyé nos vêtements par terre au grand dam du serviteur qui nous étaient alloué, et nous piquâmes tous une tête dans l'eau; c'était délicieux; on pouffait de rire, de vrais gamins; après un bon moment dans l'eau, nous sommes remontés et avons pris place sur le toit du bateau qui était aménagé en terrasse, et là nous avons fait tous une petite "bronzette".
Ranchi, notre serviteur devint vite un ami plein de ressources et très prévenant; par la suite nous avons tous apprécié sa cuisine; il était vraiment charmant; j'en reviens à notre partie de bronzage; Ranchi nous apporta sur la terrasse des boissons, du coca cola, je n'ai jamais autant bu de coca qu'en Inde; il me tendit la bouteille et s'en alla faire sa distribution vers les amis; je le suivais du regard et je remarquais qu'il insistait devant une amie et je ne compris pas tout de suite pourquoi; puis il s'en alla d'un pas nonchalant et passa devant moi un esquivant un large sourire et me fit un clin d'oeil en me disant :" very nice" mon anglais est minable, aussi je me levais et je me dirigeais vers une amie parlant anglais couramment pour lui demander ce qu'il avait voulu dire et là je compris tout: elle bronzait avec les seins nus; je contemplais le spectacle et me mis à pouffer de rire ; mon amie me dit:" eh bien Jean-Paul qu'y a t'il?", je lui expliquais et ce fut le rire général comme quoi un homme est toujours un homme et appréciera les belles femmes; ce n'est pas très yogique mais tant pis.
 

_________________
Jean de Mareuil
*Un vieux sage et tendre ami des Elfes*
avatar
Jean de Mareuil
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 118
Age : 80
Localisation : Ollezy
Date d'inscription : 19/06/2005

http://sagesse-rose-croix.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

clochette Re: Récits d'un voyage en Inde

Message par Jean de Mareuil le Dim 11 Mai - 20:29

RECITS DE VOYAGE EN INDE


 
 
Le Taj Mahal et ses jardins

 Le Taj Mahal est situé à Agra; ce chef-d'œuvre de l'art moghol, élevé sur le bord de la Yamuna par Shah Jahan pour son épouse favorite, Mumtaz-I Mahal («!l'Élue du Harem!»); cet immense monument funéraire de marbre blanc est entouré d'un vaste jardin carré parcouru de canaux, clos par une enceinte rectangulaire dotée d'un immense portail. La tombe prend place sur une estrade carrée entourée de quatre minarets. Leur ordonnance rigoureuse répond à la symétrie et à l'harmonie de l'édifice. Les travaux, qui débutent en 1632, s'achèvent vraisemblablement vers 1648.
Face au portail d'entrée de grès rouge (1648) flanqué de tours et surmonté de coupoles de marbre blanc se dresse le mausolée, bâti sur une terrasse octogonale de 7m de haut. Les façades s'élèvent à 33m de hauteur tandis que le dôme atteint 26m.
Visite du 15 Juillet 1970 :
Nous étions arrivés, les amis et moi, ce jour là à Agra, et comme il se doit, notre guide nous a amenés voir le Taj Mahal; j'ai découvert cet édifice majestueux ; tout en marbre blanc, il nous donne une impression de calme et de sérénité; nous avons visités le tombeau, à part cela, rien dans cette pièce; nous avons tournés autour, puis nous sommes descendus, visiter le véritable tombeau; on y accède par un escalier qui descend vers la crypte; là sont les deux tombeaux; nous n'avons pu y rester longtemps car l'air devient vite irrespirable; on remontant, je me suis assis au-dehors, mon esprit vagabondait, ne pouvant m'empêcher de penser à ce passé lointain, à Sha Jahan qui par amour, avait élève ce tombeau.
Je restais là dans le vague, lorsque je fus brutalement rappelé à la réalité par notre guide "You want a coca sir"
si je voulais un coca kola? je restais abasourdi et devant le rire de notre ami, je prenais la boisson et me retrouvais en plein 20 eme siècle.
 
Bénares 18 juillet 1970 :
 Je suis passé par Bénares; il y régnait ce jour là, une effervescence inaccoutumée car c'était une période assez rare qui ne se pratique que très rarement et je dois dire depuis le temps que j'ai oublié de quoi il s'agissait; mais c'était une grande fête; je me suis noyé dans la foule et j'ai pu à force de patience et d'astuces arriver au premier rang; là, j'ai été récompensé de mes efforts car le fleuve en bordure était illuminé de millier de petites lanternes; les gens se bousculaient et entraient en jacassant et chantant tout habillés dans l'eau et chaque personne déposait comme une sorte de petite écuelle ou d'autre un récipient contenant une bougie allumée;
Eh bien dans les trente secondes qui ont suivi, je me suis trouvé dans l'eau moi-même; et là j'ai regardé ce qui se passait à mes yeux éblouis; toutes ces écuelles allumées s'en allaient progressivement dans le courant et s'éloignaient de la rive;tout ceci dans les chants et musiques; j'étais littéralement fasciné par le spectacle et complètement déboussolé; je regrette sincèrement de n'avoir pu participer aux chants car ceux-ci vous prenaient aux entrailles et j'en garde encore la nostalgie; j'espère qu'un jour il me sera donné d'y retourner; je me suis toujours senti très à l'aise quelque soit l'endroit où je me trouvais et ce qui était le plus curieux ,c'est que ne parlant pas du tout l'anglais j'arrivais à me faire comprendre quand même; lorsque je suis rentré ce jour à l'ashram, très tard et complètement épuisé, je me suis endormi avec plein de lanternes dans ma tête et je les voyais s'en aller dans le courant.
Berges du Gange à Bénarès, en Inde. Les hindous pensent que l'immersion dans ce fleuve sacré les lave de leurs péchés, et que la mort sur ses berges assure le salut. Des bûchers funéraires sont installés au pied des escaliers, ou ghâts.
 
10 septembre 1970 :
 Temple de Jaya Sthamba (Ranakpur, Inde)
Temple jaïn du Rajasthan, Jaya Sthamba fut édifié au cours du XIIIesiècle.

Notre destination pour ce jour là, fût la visite chez les jaïns; nous sommes arrivés dans deux petits cars et nous fûmes accueillis par un bain de foule; je descendis du car, les gens se pressaient autours de nous et je fus leur sujet d'attention; ils me touchaient et certains me touchaient les pieds; je dois dire que mon habit pouvait prêter à confusion car non seulement j'avais une barbe abondante en ces temps là, mais j'étais habillé de deux
morceaux de tissus bleu; je devais être pris pour un grand personnage; mais je n'étais pas au bout de mes surprises pour ce jour là; le service d'ordre de l'ashram, heureusement vint à mon secours car je n'étais pas trop rassuré; je visitais le temple dans un méandre de salles juxtaposées entre elles; il y avait beaucoup de statues et de décorations; puis nous fûmes conduits dans une pièce où un gourou nous attendait ainsi que d'autres personnes; en effet étaient présents des journalistes car on avait annoncé la visite de vingt professeurs de yoga venus d'Occident; le gourou était jeune, assis sur une estrade et avait un regard bienveillant; nous nous sommes assis par terre devant lui et pour moi, je me suis assis vers le fond de la pièce; un long discours commença avec beaucoup de gestes à la clef, mais il parlait posément d'une voix calme; après quelques instants, je m'aperçus qu'il n'arrêtait pas de regarder dans ma direction; il dit quelques mots à un de mes amis qui vint me trouver et me dis que le gourou désirait que j'aille m'asseoir prés de lui au premier rang;
 je me levais, rouge de confusion et je m'installais devant au premier rang; mais le gourou me dit de venir devant lui et de m'agenouillait, alors il prit un récipient et me versa sur la tête un peu d'eau en murmurant des phrases, puis il me versa de la poudre; je recevais son darsham; je ne savais plus où me "fourrer"; je n'étais pas encore remis que je fus mitraillait par les appareils photos des journalistes; un an plus tard lors d'une visite d'une amie qui était restée en Inde pendant un an, et de passage à Toulon, elle me dit que j'étais devenue une célébrité car ma photo était parue dans tous les journaux du coin;
ceci pour la petite histoire car je n'en retire aucune gloriole mais je me pose toujours autant de questions quant au pourquoi de cette expérience de ce jour là.

_________________
Jean de Mareuil
*Un vieux sage et tendre ami des Elfes*
avatar
Jean de Mareuil
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 118
Age : 80
Localisation : Ollezy
Date d'inscription : 19/06/2005

http://sagesse-rose-croix.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

clochette Re: Récits d'un voyage en Inde

Message par Jean de Mareuil le Dim 11 Mai - 20:29

RÉCITS DE VOYAGE EN INDE
 


 
25 août 1970 :
 Temple d'or d'Amritsar (Inde)
Édifié à partir du XVIesiècle par le gourou RamDas, le Temple d'or d'Amritsar fut pillé, puis reconstruit dans les années 1760, avant d'être enrichi de dorures et de marbres au début du XIXesiècle, par le maharadjah Ranjit Singh. Il constitue le plus important lieu saint des adeptes de la religion sikh.

Il faut l'avoir vu; ce temple est superbe; mais je dois dire ce qui attirait le plus mon regard c'était la foule; je voulais comprendre ces gens; hors leur religion, j'ai constaté que beaucoup de Sikhs étaient chauffeur de taxi.
 
20 septembre 1970 :
 Fort Rouge (Delhi, Inde)
Le Fort Rouge, achevé en 1648, fut la résidence des Grands Moghols jusqu'à la disparition de l'Empire Moghol en 1857. L'enceinte extérieure présente la particularité d'être construite en grès rouge.

On le croirait sorti d'un conte directement, tout est rouge même par terre; le fort n'est plus habité car il n'y a plus d'eau; nous avons pique-niquer sur place et j'avais très faim; nous sommes sortis du fort; l'atmosphère sentait la rose; un champ de roses rouges était à proximité, très grand, est cette odeur plus la vue du fort, laissaient mon esprit vagabonder.
 
23 septembre 1970
 Ma Ananda Moyi   
incarnation ou manifestation de l'Amour Divin, ce personnage spirituel a la particularité d'avoir fait l'unanimité autour d'elle et sa réalisation spirituelle.   En effet parmi tous les autres personnages indous ayant une aura de spiritualité (krishnamurti ou sri Aurobindo par exemple) tous ont reconnu ses vertus spirituelles d'Amour.
Une de ses particularités était d'apporter à chacun la parole réconfortante ou judicieuse dont il avait besoin. Elle s'exprimait aussi selon la religion et les croyances de son interlocuteur, tous pouvaient venir à elle, qu'il soit bouddhiste, musulman, chrétien, chiite, hindouiste ou autre.
[size=undefined] [/size]Sa connaissance innée et intuitive de l'être humain et de la recherche spirituelle faisait qu'elle était aimée de tous et qu'elle considérait tous comme ses enfants.  

 commentaires : j'ai eu l'occasion de rencontrer Ma lors de mon séjour en Inde : voici comment :

ce jour là nous ne savions pas trop quoi faire et aucun programme n'avait été établi; nous visitions la ville et en demandant notre chemin nous fumes "aiguillés" comme par hasard dans la conversation sur un grand maître qui était présent dans cette ville, à savoir Ma . Quel heureux hasard......................

Ma était présente dans un appartement de la ville et lorsque nous sommes arrivés , il y avait tellement de monde, jusque dans la rue, que tous souhaits pour l'approcher étaient totalement exclus.

Puis ce fut le "miracle" un mouvement dans la foule , un passage se faisait pour laisser arriver un yogi en robe orange qui dit quelque chose en anglais à notre guide (vous savez que l'anglais et moi nous sommes fâchés) donc je ne compris pas ce qu'il se passait, mais celui-ci nous dit de le suivre; avec bien du mal, on arriva enfin dans la pièce où se trouvait Ma; toutes les personnes présentes avec gentillesse, nous laissaient le passage et l'on se retrouva en première loge si je puis m'exprimer ainsi;

alors le temps c'est arrêté; je n'ai jamais ressenti autant d'amour qui émanait d'une personne; Ma avait un regard empreint d'une telle douceur, d'une telle bonté et sans aucune parole, tout ceci passait dans l'assistance présente; vous dire combien de temps s'est écoulé, je n'en sais rien; le temps a été aboli dans l'instant présent; je n'étais plus en Inde; j'étais nulle part , mais dans un lieu d'immense bonheur et de félicité;

rien que d'écrire ce texte, j'en ressens encore les bienfaits. Sentez sa présence, laissez vous toucher par son regard... 

_________________
Jean de Mareuil
*Un vieux sage et tendre ami des Elfes*
avatar
Jean de Mareuil
Rang: Administrateur

Nombre de messages : 118
Age : 80
Localisation : Ollezy
Date d'inscription : 19/06/2005

http://sagesse-rose-croix.pagesperso-orange.fr/

Revenir en haut Aller en bas

clochette Re: Récits d'un voyage en Inde

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum